Actualités

RDC : Félix Tshisekedi veut un second mandat, mais les chantiers du premier restent énormes


/uploads/images/0107-89698-rdc-felix-tshisekedi-veut-un-second-mandat-mais-les-chantiers-du-premier-restent-enormes_M.jpg

Date de création: 01 juillet 2021 13:57

(Agence Ecofin) - Dans un entretien, le président de la RDC a confirmé son intention de participer à la présidentielle de 2023. A mi-mandat, celui qui a finalement réussi à isoler politiquement Joseph Kabila reste pourtant confronté à d’importants défis sociaux, économiques et sécuritaires.

A deux ans et demi de la fin de son mandat, le président congolais Félix Tshisekedi (photo) a officialisé sa candidature à l’élection présidentielle de 2023. Le chef d’Etat a fait cette annonce lors d’une interview accordée le 20 juin dernier à Jeune Afrique.

Répondant aux questions du média, le dirigeant a indiqué qu’il compte bien briguer un second mandat à la tête de la RDC. « J'ai le droit de faire deux mandats, pourquoi m'arrêterais-je en chemin », a-t-il déclaré.

Cette annonce vient confirmer la nouvelle stature politique de celui qui était présenté au début de son mandat comme un simple pantin de l’ancien président Joseph Kabila. Propulsé sur le devant de la scène politique congolaise après le décès de son père Etienne Tshisekedi, l’homme de 58 ans a connu une ascension politique fulgurante depuis 2017 jusqu’à devenir président de la République, au cours de la première alternance démocratique de l’histoire du pays à cette fonction.

Mis en difficulté dans un premier temps par son prédécesseur dont la majorité au Parlement lui permettait de continuer à avoir la mainmise sur le pouvoir, Félix Tshisekedi a fini par renverser la vapeur à la fin de l’année 2020 en créant une « union sacrée » qui lui laisse les coudées franches pour diriger le pays, tout en isolant politiquement Joseph Kabila.

D’ailleurs, selon l’actuel chef d’Etat, les relations restent cordiales entre lui et son prédécesseur, malgré cette situation. « Joseph Kabila n’est pas mon ennemi. Mais, comme dans un couple, lorsque l’on n’est plus en accord sur les principes qui ont fondé une union, il faut se séparer, voilà tout », a-t-il déclaré.

Si les intentions de Félix Tshisekedi semblent claires, il faut tout de même souligner que le chef d’Etat est loin d’être assuré de pouvoir rempiler pour un second mandat. Non seulement certains observateurs estiment que l’alliance politique qu’il dirige actuellement est encore trop fragile, mais surtout le dirigeant est fortement attendu sur les principaux chantiers qu’il a annoncés pour son premier mandat.

En 2019, il a annoncé vouloir sortir vingt millions de Congolais de la pauvreté ou de l’extrême pauvreté en cinq ans. Mais à ce jour, le pays reste au troisième rang mondial en termes de nombre de pauvres, et la situation s'est aggravée avec la pandémie de covid-19. « Selon les estimations, 73 % de sa population, soit 60 millions de personnes, vivait avec moins de 1,90 dollar par jour en 2018 (niveau fixé comme seuil de pauvreté international). Ainsi, près d'une personne sur six en situation d'extrême pauvreté en Afrique subsaharienne vit en RDC », indique la Banque mondiale.

Une situation à laquelle s’ajoute la dégradation de la situation sécuritaire dans l’est, avec la nouvelle tendance djihadiste des combattants du groupe ADF, notamment.

« Je n’ai pas de baguette magique pour résoudre les problèmes et ce pays n’a pas commencé à mal aller avec Félix Tshisekedi » pic.twitter.com/uPhqlUeSxd

— Tshikamba Nawej Claudel (@LePhoenix84) July 1, 2021

En plein milieu de son mandat, M. Tshisekedi a donc encore un peu de temps devant lui pour accentuer les efforts visant à réaliser ses promesses de début de mandat sur lesquelles il sera jugé par les électeurs en 2023. Mais déjà, le chef d’Etat semble avoir décidé de prendre des mesures fortes pour changer les choses. Le placement des régions de l’Ituri et du Nord-Kivu en état d’urgence, et sa détermination à renégocier les contrats miniers signés par le pays illustrent cette volonté politique.

Moutiou Adjibi Nourou   

N'oubliez pas de vous abonner via le service de la plateforme Paypal pour lire intégralement nos articles réservés uniquement aux abonnés.
Retour aux articles